Les Ghettos
de la République

Encore et toujours
 
 

C’est à Vénissieux, le 16 juillet 1981, qu’ont été photographiées les premières voitures en feu. Ce jour-là débutait sous le joli nom de « été chaud des Minguettes », la crise des banlieues qui a pris l’ampleur que l’on sait.

En 2007, André Gerin, alors maire de Vénissieux depuis 1985, commune sur laquelle se situent la cité des Minguettes, a raconté sans fard la vie des quartiers, décrivant la violence, l’économie parallèle, les difficultés d’intégration et la misère. Il dénonçait ce qu’il appelait les « ghettos de la République ».

Cinq ans plus tard, les ghettos de la République sont encore et toujours là. Sous l’œil indifférent de responsables politiques qui ont toujours mieux à faire et plus urgent à traiter, la situation s’est encore dégradée. Pire même, l’auteur qui vit toujours aux Minguettes, souligne le développement inquiétant d’un islam radical qui, nourri par la misère et le désespoir, s’épanouit et impose ses lois au mépris de la laïcité, pourtant au cœur de notre pacte républicain.

Au risque de choquer son camp politique, il explique comment la réalité l’a conduit à faire de la sécurité sa priorité. Une fois encore, il somme la gauche de prendre cette question à bras le corps, faute de quoi elle verra une partie significative de son électorat choisir l’abstention ou, pire, le Front National.

André Gerin n’est plus le maire de Vénissieux et il ne se représentera pas aux prochaines élections législatives. Il n’est candidat à rien. Sa parole est plus libre que jamais. C’est celle d’un militant de la République. Encore et toujours.

Pour lire un extrait du livre cliquez ici


Et afin que personne ne l'ignore, parlez-en autour de vous (à un ami, sur facebook ou twitter)!

twfb

f